« Forget About This World » par StocKo

Forget About This World

Chapitre 1 : I - Dpression Profonde


Mange le monde, Grosse Cloche.
Avale le tout cru, ce crtin.
Stephen King, La Rvolte de Can.

Dtruire .
Tuer .
Dtruire .

Ces trois verbes hantaient Kim depuis quelquessemaines, dj. Il navait jamais t aussi pessimiste et chiant : il navait plus envie de rien faire, ne se levait le matin que par obligation, ne voyait plus ses amis, quil avait dailleurs perdus. Oui, Kim tait trange. Non, Kim ne stait pas encore jet du haut dun immeuble. Pas encore. Il y rflchissait.

Mais le temps passait, et plus il passait, plus Kim envisageait la mort. Il fallait juste que son suicide soit spectaculaire et marque les esprits pour quil le considre comme tant russi. Cependant, il ne voulait pas massacrer son lyce avant de pointer le canon de larme contre sa tempe. Il tait peut-tre suicidaire et dpressif mais pas encore cingl : peut-tre quil le deviendrait plus tard. Il y rflchissait.

Kim ne parlait plus. Par contre, il avait dcouvert une autre forme dexpression qui lui paraissait meilleure : lcriture. Aprs avoir pos sur du papier divers pomes ou nouvelles, il dfinit un concept littraire novateur : ncrire quune phrase, une seule, une unique phrase, sur plusieurs pages, sans arer le texte. On obtenait ainsi trs rapidement de ravissants blocs de lettres. Faute de mieux, il baptisa son ide : La Punition .

Avec sa fameuse punition, Kim tait pass de la thorie la pratique trs rapidement, en lexprimentant plusieurs fois, chaque fois avec une phrase diffrente : Vive Halloween , Jaime la glace la fraise ou encore Attention je peux mordre remplirent bientt elles seules plusieurs pages. Il crivait au stylo sur du papier, avec une machine crire, sur ordinateur. Le support limportait peu : il fallait que le rsultat soit efficace.

Entre temps, il avait choisi de devenir suicidaire/dpressif/lourd. Il lui fallait une phrase simple, inoubliable, macabre et en anglais de prfrence (le monde pourrait ainsi lapprendre par cur) pour pouvoir illustrer son nouveau principe de vie. Son esprit ft donc, pendant quelques jours, entirement port sur la recherche de ce slogan.

Finalement, il trouva : Forget About This World . Et il tait tellement heureux, fier mme, de ces quatre mots, quil les crivit au stylo puis au crayon papier sur plusieurs dizaines de pages dans la soire. A force dcrire la mme chose, il avait fini par lassimiler : tant et si bien que plus que jamais il voulut oublier ce monde, mme si pour cela, il fallait le quitter.

Il voulait surtout tre le seul connatre et comprendre cette courte phrase. Aussi, bien quil lcrivait des centaines de fois sur tout ce qui lui tombait sous la main, il faisait trs attention ce que jamais personne ne dcouvre Forget About This World . Ctait en quelques sortes sa manire lui dappliquer un droit dauteur sa petite perle, quil navait dailleurs pas lui-mme invente : il avait trouv cette phrase en coutant une chanson intitule : Forget about the world . Il avait simplement remplac the par this, car il pensait quil nexistait pas quun seul monde.

Et oui, Kim tait convaincu de lexistence de plusieurs dimensions parallles et autres cratures extra-terrestres. Son rve ? Quitter la Terre pour rejoindre un monde meilleur. Bienvenue dans un nouveau monde, Kim. Un monde meilleur.

 *
 *  *

Quelquun avait fini par dcouvrir Forget About This World . Ctait son prof dhistoire gographie : Kim avait eu la malchance davoir crit trois fois sa phrase ftiche au dos du sujet dun contrle quil avait eu rcemmentIl avait rendu la feuille du sujet avec sa copie, comme si il voulait intrieurement que quelquun dcouvre sa phrase. Il nen revenait pas davoir t si bte

Pendant quelques temps, le prof en question ne se souciait gure de ce quil avait lu au dos du sujet de Kim. Avec ses collgues, ils avaient longtemps discut propos de Kim, lve problme et lesprit priori impntrable. Lui-mme avait recommand aux parents de Kim damener leur fils voir un psychologue : son cas linquitait rellement. Ce ne ft quun petit peu plus tard que Monsieur Delcombes, professeur dhistoire gographie, ne sinquita vraiment.

La professeur de franais de Kim avait galement trouv Forget About This World crit et rcrit plusieurs fois sur une page de la rdaction quelle avait demande Kim lavant-veille. Puis bientt, toute lquipe ducative du Lyce connaissait cette phrase, qui tait dsormais devenue une vraie nigme aux yeux de certaines personnes.

Un prof lhumour douteux avait jug drle dcrire cette phrase en gros, raison dun mot par page A4, et de punaiser les quatre feuilles sur un mur de la grande salle des profs. Maintenant, plus une minute ne passait sans quun enseignant nait ces quatre mots en tte. Maintenant, ils taient tous hants. Forget about this world.

Bertrand Delcombes fut le seul tre assez courageux pour dcider de percer lui-mme jour le lourd secret que les quatre mots cachaient. Bertrand Delcombes avait commenc par demander un rendez-vous avec Kim, qui lavait dailleurs lgrement mal pris. Bertrand Delcombes, mu par une curiosit de plus en plus inquitante et affreuse, passait ses jours et ses nuits chercher pourquoi. Pourquoi quatre mots. Pourquoi en anglais.

Il considrait sa mission comme une course contre la montre.
Quelque chose en lui lui murmurait que Kim voulait mourir.
Et au fil des jours, il commenait avoir peur davoir raison.